Faire le ministère l’un sur l’autre

Faire le ministère l’un sur l’autre

Cela devrait être une chose banale, normal, que dis-je… Instinctive, tout comme d’embrasser notre magnifique femme. Malheureusement, certains d’entre nous sont mal à l’aise ou ne savent pas comment faire le ministère sur elle ou accepter qu’elle fasse le ministère sur nous. 

De Sébastien :

D’abord on va démystifier le mot barbare et juste comprendre que faire du ministère c’est servir. Ce qui implique que quand quelqu’un ‘’fait du ministère’’ sur une autre personne, c’est tout simplement servir par amour l’autre.

Explication : Se laisser utiliser par Le Saint-Esprit au travers des dons que Dieu nous a donné afin de Le laisser œuvrer envers la personne qui doit recevoir.

On sert l’autre par amour pour lui et par amour pour Dieu, afin que celui-ci puisse agir comme Il le désire sur son enfant.

Dans notre cas, on pourrait imposer les mains sur notre épouse pour la guérison, déclarer des paroles d’encouragements, prophétiser, etc.

Mais, Sébastien, prier c’est la même chose… Je ne conçois pas cela de la même manière. Quand on prie, on parle, on a un échange avec le Seigneur. Prier avec son épouse, serait comme s’accorder ensemble dans cette discussion que nous aurions à 3 par exemple. Pour finir, je pourrai prier et donc intercéder, pour elle auprès de Dieu pour appuyer une demande spécifique, l’épauler sur une situation quelconque, ce qui risque de devenir ‘’faire le ministère’’ car Dieu peut se manifester d’une quelconque façon qui touchera notre épouse tant dans son esprit, que son âme ou son corps.

C’est une phase très intime, puisque nous nous faisons suffisamment confiance l’un à l’autre pour le laisser intervenir dans cette sphère totalement personnelle. N’oublions pas que nous sommes esprit premièrement, impliquant de laisser l’autre agir dans le fondement de notre être, là où seul Dieu à accès (si nous le laissons faire évidement), et là. Nous nous abandonnons à l’autorité et au droit de parole de l’autre sur notre existence.

Oui nous avons beau être marié, d’avoir des enfants, avoir une complicité etc, mais cette zone pour plusieurs est un terrain privé dans laquelle laisser notre conjoint(e) libre de ses mouvements à l’intérieur, sous-entend d’avoir une confiance sans faille.

C’est un privilège de pouvoir être utiliser par le Seigneur pour sa gloire, mais au combien ce privilège est précieux quand l’être auquel vous vous êtes unis s’offre totalement dans toutes les zones de son être. En tant qu’homme et époux, nous avons cette autorité, ce droit divin de bénir et d’interagir sur elle, de l’arroser de notre source.

De l’abondance de notre cœur notre bouche va s’ouvrir et parler. Quelle superbe responsabilité !

Quel insigne honneur nous avons, quelle joie de la voir s’épanouir et de savoir que nous avons un rôle à jouer dans cette histoire. Non comme des figurants, mais bien comme acteurs et activateurs de destinée, la sienne. La nôtre en sera définitivement impactée.

Je t’encourage mon frère, dans la foi, à faire cela dès que les occasions se présentent. Ne pas forcer. Simplement inviter à recevoir ce que Dieu peut déposer sur ton cœur pour elle. La même chose est également possible pour les enfants. Nous en reparlerons dans une autre discussion.

Tu peux la couvrir de ton amour, te battre pour elle dans les cieux, la réconforter, la soutenir, ressentir de la compassion pour elle, et bien d’autres choses extraordinaires que le Seigneur te réserve, vous réserve dans cette dimension unique. C’est dans cette attitude de cœur d’abandon respectif, de soumission respectueuse que Dieu œuvre et guéri, restaure, approfondis, resserre et fait croitre.

Je reviens sur la prière d’intercession. Parce qu’en fait le mot « intercéder », veut dire « venir entre », entre deux personnes, pour agir en faveur d’une d’elles. Quand on intercède dans la prière, on vient se placer entre Dieu et la personne pour laquelle on prie. On vient se positionner entre les deux. Dès lors on intervient auprès de Dieu en faveur de cette personne. Intercéder, plaider, Jésus intercède pour nous, en notre faveur auprès du Père.

Quand on intercède, on arrête de penser à nous-mêmes pour penser à l’autre. Parce que l’on se tourne vers les besoins des autres. On sort donc de notre égocentrisme. On prend position, on se montre, on ose, on se mets de l’avant pour elle.

Hébreux 7.25 « C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.; »,

Cela va assurément renforcer votre lien, votre unité, à la fois entre vous, mais aussi avec Dieu. Lorsqu’on aime une personne, on lui veut du bien, on lui souhaite du bien. Et demander à Dieu d’agir en sa faveur, c’est la preuve que nous l’aimons.

N’hésitons jamais à faire le ministère de Christ sur notre couple, notre foyer et nous-même.

Jacques 5.16 « Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité. »

1 Timothée 2.1-2  «  J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.»