Apprendre à écouter

Apprendre à écouter

Il existe un ingrédient secret pour vivre une relation saine et qui à coup sur vous permettra d’instaurer une atmosphère favorable à votre épanouissement mutuel. Pourquoi est-ce important d’écouter ?

De Sébastien :

Avoir le sens de l’écoute est un don; il se demande et se pratique. L’écoute est une des clés pour :

  • Avoir et vivre un mariage sain ;
  • Vivre et évoluer dans un milieu de travail sain ;
  • Résoudre et désamorcer les situations de conflit ;

Mais elle est, également, une des choses les plus difficiles à pratiquer. La langue, quant à elle, est très prompte, se délie avec une facilité déconcertante et se détend tel un élastique qui claque.

Nos cerveaux sont constamment stimulés, en ébullition, en attente, prêts à répondre à l’autre dans une conversation. Nous avons toujours tendance à donner notre avis ou trouver la solution, fait typiquement masculin. Pour celui (ou celle) qui est impatient, trépigne dans son esprit et a l’impression que l’écart du temps entre une personne qui termine sa phrase et notre réponse n’est de seulement de quelques secondes, leur paraît en fait interminable. Ils doivent parler, c’est plus fort qu’eux. Sinon, l’autre personne nous regarde comme si quelque chose n’allait pas… mais cela est dû une fausse perception.

Même si nous disons quelque chose d’horrible, quelque chose d’irréfléchi, ou quelque chose d’inutile, au moins nous n’avons pas laissé le silence et là, nous devenons maladroit. Pour certains donner son avis est vital, ils se sentent vivants au travers de cela. Ils doivent exprimer par la parole le fait de leur existence. Nous devrions saisir que le plus important est de chercher d’abord à comprendre, puis à être compris en retour pour que l’échange soit total.

Devenir maître de nos paroles, impose également la maîtrise de notre langue et par-dessus tout, celle de nos pensées. Comprendre exige que nous écoutions. Apprendre à écouter est l’un des plus grands défis des hommes (des mâles)… cela nous oblige à déplacer notre focus de nous -même. Le mettant alors sur “l’autre” : c’est un acte désintéressé.

“Répondre avant d’écouter – c’est folie et honte.” – Proverbes 18:13

Bref, nous pouvons émettre notre opinion sans réelle écoute, mais c’est s’exposer à un fort risque d’être “dans le champ !” Ce qui est pour le moins embarrassant. Nous valons plus que ça.

Écouter et prendre le temps de traiter ce que nous avons entendu avant de répondre, nous aide à parler avec grâce et espoir dans la vie de l’autre personne. De plus, nous lui démontrons un intérêt, de la considération, car nous prenons soin de la laisser s’exprimer, ce qui est une forme de respect plus digne que de la couper à tout bout de champ.

Dieu nous a donné une pratique quotidienne pour nous entraîner à apprendre à écouter. C’est la pratique de la prière.

« Reste tranquille et sache que je suis Dieu ». Psaume 46:10

Apprendre à écouter signifie de garder sa bouche fermée, de mettre une bride à notre flot de pensées et de réflexions qui est habitué à sortir toute l’artillerie. La Parole nous apprend aussi dans les proverbes qu’une personne sage et avisée est une personne de peu de mots et ceux qu’elle exprime auront de l’impact.

Défis:

Jour 1 : Essayez de pratiquer cinq minutes de silence total aujourd’hui, juste en écoutant les sons autour de vous.

Jour 2 : Faites de votre mieux pour réduire le volume de vos pensées et entendre simplement ce qui se passe autour de vous.

Jour 3 : Ensuite, appliquez cela à vos conversations… une à la fois.

Prenez note de ce que cela va vous apporter personnellement et de ce qui se passe chez les autres.

De Leslie :

Sébastien et moi sommes l’opposé. Il parle beaucoup (ce qui est assez rare pour un homme) et je ne parle que très peu (ce qui est encore plus rare pour une femme). J’aime écouter mon époux car il a de nombreuses choses à m’enseigner, me partage et me confier. J’attends toujours la fin de ses phrases avant d’ouvrir ma bouche. Pourquoi ? Cela me permet simplement de discerner quel est le réel besoin de cet échange. A-t-il besoin:

  • D’une simple écoute ;
  • D’un conseil ;
  • D’un point de vue objectif l’aidant à s’améliorer ;
  • De m’enseigner ;
  • De recevoir une parole du Seigneur ou une interprétation d’une parole reçue ;
  • De me séduire (oui oui, je l’ai bien dit).

Il est important, que nous soyons époux ou épouse, que nous mettions en mode “silence” nos pensées et encore plus l’impératif désir de vouloir terminer les phrases de l’autre. Comme le disait si bien Sébastien, apprendre à écouter se pratique et s’apprend… Mais également se communique par de simples petites phrases telles que :

  • Mon amour, je n’ai pas terminé ;
  • Stp, laisse-moi finir jusqu’au d’abord mon amour…

Également, lorsque nous sommes une femme, il serait bon de préciser dès le début à notre époux le but de notre échange (lorsque nous commençons):

  • J’aimerai avoir ton avis sur ce point ;
  • J’ai une décision à prendre mais j’ai besoin de toi ;
  • J’aimerai un conseil… mais pas LA solution ;
  • Aujourd’hui, j’ai vécu quelque chose ;
  • J’ai fait un rêve, j’ai reçu une parole etc.

En tant qu’épouse il est bon de cesser de croire une chose : que nos maris lisent dans nos pensées 24h/24. Ceci est un mensonge. Être chrétien et époux ne signifie pas être devin ! Savoir écouter l’autre, c’est également savoir s’écouter soi-même, prenant en considération que nous sommes UN devant le Seigneur.